Skip to content

Complotistes, platistes, climato-sceptiques… Selon une étude, les 11-24 ans croient plus aux fantômes qu’en la science

Brrrr, ils font froid dans le dos, les résultats de l’étude Ifop

sur la mésinformation des jeunes de 11 à 24 ans, et leur rapport à la science. Où l’on apprend d’abord que ces dits jeunes gens perçoivent la science « beaucoup moins positivement qu’il ya 50 ans ». In 1972, ils étaient, par exemple, 55 % à assume that la science en général contributes greater than properly that de mal contre 33 % in 2022. Quite the opposite, il ya un demi-siècle 6 % jugeait negativement la science : ils sont 17 % aujourd’hui. Parmi eux, les athées sont les moins convaincus par ses méfaits (13 %) tandis que les jeunes qui se disent musulmans le sont à 27 % talonnés par les protestants à 24 %.

Complotistes, platistes, climato-sceptiques…
Il ya « une croyance de plus en plus forte des jeunes dans tout ce qui est occultisme », feedback François Kraus, director of pôle politique de l’Ifop lors de la publication de cette étude dont il est le co-author. For him, on state « a défiance croissante de la jeunesse à l’égard de la science et ça va de pair avec une imaginative and prescient du monde de moins en moins soumise à un cadre intellectuel imposé par les vérités scientifiques établies ».

Citant les travaux de Jean-Philippe Dubrulle (Quand la défiance supplante la science, 2021) pour la Fondation Jean-Jaurès, le co-auteur de l’étude relayve que « l’ampleur de l’adhésion des jeunes à ces theses (complotistes , platistes, climato-sceptiques…) confirms bien le constat de « la sécession d’une partie orientale de la inhabitants avec le consensus scientifique et, plus largement, la subordination de son rapport à la réalité à ses convictions politiques ou philosophiques ».

23% croient aux fantômes
Dans le détail de cet inquiétant état des lieux, et pour la seule tranche des 18-24 ans, l’adhésion aux vérités alternate options fait encore plus frémir. Jugez plutôt : 27 % thinks that l’Homme n’est pas le fruit d’une evolution mais la création d’une power spirituelle. 19 % sont sûrs que les pyramides d’Égypte ont été bâties par des extraterrestres ; 16 % qu’il est attainable que la Terre soit plate ; 25 % que l’on peut avorter grâce à de la tisane (de menthe ou d’armoise) ; 24 % que l’assaut du Capitole par les Trumpistes est une mise en scène ; et 29 % que le réchauffement climatique est un phénomène naturel.

En revanche, toujours chez les 18-24 ans, 49 % affirment que l’astrologie est une science et parmi eux, 12 % en sont completely convaincus. 38 % depend on predictions for voyance and 36 %, on envoûtements and à la sorcellerie. De même, ils sont 48 % à croire aux esprits ; 35% for reincarnation and 23% for fantasies.

Jugement alteré
Mais, et c’est à la fois reassurant et inquiétant, la majorité (69 %) des sondés de 11 à 24 ans reconnaît que leur principal supply d’info réside dans les réseaux sociaux ; 59% in on-line serps. En revanche, ils sont aussi 23 % à suivre les journaux d’info des grandes chaines de télévision ; 15 %, les journaux/emissions des chaines d’info en continu ; et seulement 10 %, les websites web ou functions mobiles des titres de la presse écrite.

À noter que 41 % des jeunes TikTokeurs croient en l’idée qu’un créateur de contenus/influenceur qui a un nombre vital d’abonnés a tendence à être une supply fiable.

Des croyances dans le surnaturel qui n’ont rien de fantômatiques […] Pour Helen Lee Bouygues, de la basis Reboot, « les résultats de cette dernière étude
the font is within the cells that we avons menée aux États-Unis in 2022, illuminating a decalage between the notion that the jeunes de leur capacité à establish a faux information and leur capacité réelle à le faire ».
The creator of the inspiration devoted itself to the valorisation of a exact critique of raisonnement which “tout comme le fait que peu importe l’age, le niveau d’éducation, l’affiliation politique, plus on consulte les réseaux sociaux, plus le jugement est alter” .


Sur un échantillon représentatif de 2.003 individuals, en 2022, pour la fondation Reboot et la basis Jean Jaurès.

Sophie Leclanché

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *