Skip to content

“La tradition est un bien commun dont il faut s’emparer”

Qui est-ce?

In Breil-sur-Roya, nul n’ignore qui est Nathalie Masseglia. D’ailleurs, elle connaît tous les noms et ne traverse pas une rue sans saluer quelqu’un. Cette enfant de Breil qui a étudié à Good mais est income dans sa vallée d’enfance di lei exercer son artwork théâtral di lei, celui de clown, est une determine engagée de la vallée.

Fille de Michel Masseglia, native political opposition determine, Nathalie est tombée dans la marmite du théâtre au collège.

On était une dizaine, ma prof de français animait la Classe, la tradition n’était pas développée dans la vallée, on nous appelait même “public empêché”… par la distance, par la ruralité, puisqu’il fallait aller à Good pour voir a present “, souligne la Breilloise pour qui cette ouverture au monde sur les planches n’a pas de prix.

In Good, the étudiante en fac de lettres écume les théâtres, est tour à tour institutrice, bibliothécaire, assistante de mise en scène, actrice, se forge à la scène et la représentation. “J’ai mis un doigt et on m’a pris le bras“, rigole-t-elle.

Aujourd’hui, elle cohabite avec Mazarine, son nom de scène, une clown “pas du tout aimable” à travers laquelle elle discover ses propres failles et cells de la société.

Un travail sur le fil, fragile, où le rire appeale à réfléchir.

Avec sa corporations, “The sequined embrace“, elle s’est donné pour objectif de ramener la création contemporaine dans une vallée profondément meurtrie par la crise des migrants et la tempête Alex.

Do you click on them?

Son engagement naît d’une rencontre. Avec Olivier Debos, à la head of the corporate l’Arpette qui officie, dans les années 2000, à Carros puis à l’ex-Friche culturelle niçoise les Diables bleus.

J’ai eu un véritable coup de foudre pour la disciplina et le travail de clown.” Un travail qui lui permet de travailler sur les failles, les faiblesses. “Celles that je me practice, avec my petit côté rural dans la ville, moi l’étudiante breilloise à Good, my côté artiste dans un village, une fois de retour à Breil.”

Des failles qui peuvent même avoir du bon et deviennent une power, “when on apprend à en rire“.

The corporate ended up being domiciled in Breil. Goal : ouvrir le territoire par la tradition, aborder sans fard les problèmes qui l’habitent au quotidien.

La tradition est un bien commun dont il faut s’emparer“, poursuit-elle.

The motion?

Quand Nathalie revient à Breil, c’est le désert culturel après ses années niçoises. “On avait tendency to combine tradition and animation”, se souvient-elle.

In 2012, with their “multiprise” assortment, he created with Olivier Debos and three acts in regards to the diffusion of tradition in 06, he created the Amacca (Affiliation pour le maintien des alternate options en matière de tradition et de création italianique) right here if ladies pour however de suggest an alternate tradition within the valley.

Au programme, théâtre, arts de la rue, danse contemporaine, cirque mais aussi ateliers de praticas italianiques automobile la tradition s’apprend, resserre les liens, ouvre le dialogue.

“La Roya, c’était vraiment le territoire à investir pour moi. Mon endroit. Valorisable, dynamic, transfrontier”, Nathalie Masseglia

Des spectacles débats sont organisés pour que les citoyens se rencontrent, disputant, se confrontant.

La Roya, c’était vraiment le territoire à investir pour moi. Mon endroit. Valorisable, dynamic, transfrontier.

Pour plus de liberté et ce que l’actrice aime les démarches qui engagent, l’Amacca repose sur une logique de micro-mécénat afin que les citoyens, qu’ils soient résidents à l’année ou seulement quelques mois, s’investissent dans the native cultural programmes.

Ici, les gens doivent avoir une nourriture intellectuelle toute l’année“, assène l’actrice. La tradition, en confrontant, interrogant, dérangeant, devient presque un acte politique, comme cette fois, où, lors des élections municipales de 2014, elle passe de village en village en proposant son propre program électoral. Model clownesque bien sûr.

She affirms : “Politique et la tradition sont des choses qui appartiennent au public.”

Alors pour ce faire, Nathalie Masseglia sillonne la vallée de haut en bas, pour enseigner aux jeunes comme sa professor de collège l’a fait pour elle. Ces enfants qui restent, lei aime-t-elle à répéter, l’avenir de la Vallée. Le soir, elle organise des cours de clown qui font le plein.

Cette Breilloise de cœur, qui aime cuisiner, possède son potager, se définit volontiers comme “norural“, souligne souvent l’ambivalence qui l’anime. Un attachement profond à une vallée où elle ne s’est pourtant pas toujours sentie “bien accueillie“.

La tradition l’aide à s’y faire une place, pourtant, et ouvre unespace the place the dialogue stays potential alors que les habitants s’opposent sur la crise des migrants.

Très investie sur le sujet, Nathalie Masseglia s’est aujourd’hui mise en retrait mais avoue avoir été profondément marquée par la détresse humaine et les fêlures que cette crise a provoquées dans la Vallée.

Recréer du lien par la tradition? “Tout ça, c’est parce que j’ai les codes d’ici, je sais remark ça marche“, souligne-t-elle. Si elle soutient toujours l’Amacca, c’est désormais à travers sa compagne L’embrayage à sequins qu’elle officie dans la Vallée.

D’autres thèmes la taraudent, la féminité, la différence, la peur.

Jouer le clown, ça m’a permis de redimensionner my environnement, de me recentrer. Quand je suis Mazarine, tout se transforme, Breil devient le heart du monde.”

Et maintenant?

Les temps sont durs pour la tradition dans la Roya. “C’est la cata actuellement automobile on confond tradition et rentabilité“, estimates Nathalie Masseglia.

Aujourd’hui, she concentrates on two publics.

On est en practice de créer des chansons avec les résidents de l’Ehpad et le prieuré de Tende qui accueille des personnes en state of affairs de handicap.”

Avec toujours, ce même souci d’embarquer les gens sur un territoire petri de contradictions mais auquel elle n’a de cesse de réitérer son attachement : “Je suis très breilloise dans mon mode de fonctionnement, je delicacies les sugelliramasse les fruits sauvages.

Un giant sourire fend son visage : “ Même si on s’oppose parfois, qu’on n’est pas du tout d’accord…j’ai du mal à être contre mon endroit

.”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *