Skip to content

les enjeux de la journée de mobilization du 19 janvier

C’est l’histoire d’un bras de fer social qui va débuter entre les syndicats et les partis d’opposition hostiles à la réforme des retraites et le gouvernement. Un bras de fer explosif dont le coup d’envoi sera donné jeudi 19 janvier avec la première journée de mobilisation, avec un enjeu essential pour chaque camp.

Chacun joue gros

Jusqu’ici, chacun a tenu sa ligne. Alors qu’ils avaient prévenu en fin d’année qu’ils se mobiliseraient si le décalage de l’age de départ à la retraite à 64 ans était maintenu, les syndicats sont passés à l’acte à peine terminée, Tuesday dernier, the presentation of the mission by Elisabeth Borne. Dans la foulée, tous sont tombés d’accord pour lancer une journée de mobilization interprofessionnelle et nationale le 19 janvier. CFDT, CGT, FO … les grandes centrales nationales interesting donc à une journée d’motion huge. De son côté, le gouvernement aussi tenu sa ligne : conformément au projet présidentiel, Emmanuel Macron a décidé de reculer à 64 ans l’âge de départ à la retraite dans le privé, contre 62 aujourd’hui. Et face à la mobilization des organisations, the exécutif cherche à se montrer serein. Autrement dit, il respecte le droit de grève, mais demande aux Français une forme de responsabilité.

Les syndicats ensemble

Ce sont sûrement les syndicats qui ont le plus à perdre. Affaiblis ces dernières années, ils espèrent que le file des retraites leur permettra de retrouver de la splendor, du crédit, de l’affect auprès des Français. Certainly, après avoir été usually doubles par des mouvements collectifs spontanés comme les gilets jaunes ou plus récemment par les contrôleurs de la SNCF, ils espèrent pouvoir montrer qu’ils pèsent encore dans le débat, notamment sur les sujets relatifs au travail, au modèle social comme peut l’être la retraite.

Une fois n’est pas coutume, d’ailleurs, ils ont choisi de faire trigger commune, et de peser ensemble. Dans les enquêtes, les Français sont d’ailleurs demandeurs de cette unité.

Additionally, if they appear to mobilize this jeudi, in non-public as within the public, to advance ensemble, to garder this unit on the picture, they’ll remport this première manche. A cost pour eux, toutefois, de réussir aussi à défiler dans le calme, de manière pacifiste, sans que des blacks-blocs ne viennent disturb leurs cortèges. A tough equal, alors que depuis la loi Travail, la plupart des manifestations se terminant dans la violence, perturbées par des casseurs.

Et puis, ce entrance syndical pourra-t-il tenir ? Si le jeudi 19 marque uneImportant mobilisation, quid de la suite? Les centrales ont prévu de se réunir le soir même pour en décider. Si la journée a été suivie, une autre sera d’emblée proposée et il ne fera aucun doute que tous, CGT comme CFDT, tomberont d’accord. En revanche, si la journée d’motion du 19 janvier est un flop, la CFDT sera certainement plus à même de vouloir faire un pas de côté, de trouver d’autres façons de peser sur le projet. Les discussions entre les grands leaders risquent alors d’être moins faciles.

Du côté du gouvernement

The executif se dit confiant. Mais, il va évidemment regarder avec consideration le déroulé de la journée, mais aussi le nombre de personnes dans les cortèges. If the manifestation is very large and the ensuing débrayages, there was a warning. Le signe que la réforme n’est pas bien comprise, que l’effort de pédagogie n’a pas été suffisant. This critique is usually formulated à l’exécutif, au sein même de sa majorité.

Par ailleurs, si les défilés se terminant dans la violence, le gouvernement risque d’être vite tenu pour responsable.

« Et puis, à opposite, if les mobilizations sont faibles, certains purs et durs de la CGT risquent de vouloir monter d’un cran, et bloquer plus encore, les refineries, les trains and so on…», s’inquiète un conseiller ministériel. Et d’ajouter : « On n’est pas à l’abri aussi d’une explosion sociale du côté des jeunes, ou d’une autre catégorie, qui s’exprime dans ce contexte tendu. »

Enfin, cette journée promet d’être aussi un baromètre pour le débat à l’Assemblée nationale. Aujourd’hui, Elisabeth Borne espère encore passer son projet de réforme en ayant une majorité suffisante dans l’Hémicycle. Sans passer par un 49.3. Or, une mobilization de grande ampleur pourrait faire se détourner du vote des députés encore un peu hésitants – du côté du Modem ou de la droite-. Et mettre à mal sa stratégie di lei.